Rechercher
  • jessicaset9

La métaphore de Ibrah le Flamboyant



Sujet : Arrêter de fumer


Contexte : J'ai régulièrement des clients pour en finir avec la cigarette, ils ont souvent commencé durant l'adolescence « pour faire comme les autres, les grands ». De là, ils ont continué avec cette « copine » qui détend, procure du plaisir, permet de se vider la tête, de réfléchir ou juste par habitude.

Pour dépasser cet envie qui dans le temps s'est transformé en besoin, il faut trouver la cause profonde de cette addiction puis la déprogrammer et réapprendre à l'inconscient à se passer du tabac en prenant en compte l'effet de manque puis la gestuelle associée à la cigarette ensuite. Généralement, en deux à trois séance, ils ne fument plus et en sont souvent surpris car ils l'ont vécu sereinement.


But : Se libérer de son addiction à la cigarette

Métaphore :


Je vais vous raconter l'histoire d'un magnifique arbre vivant dans une grande forêt tropicale, c'était un flamboyant bleu, nommé Ibrah, très apprécié et reconnu de tous les autres membres de son écosystème par sa couleur très rare qui était le reflet de son caractère libre comme le ciel et pure comme l'océan.


Les chênes, manguiers, goyaviers, acacias, palmiers, avocatiers, rosiers adoraient la splendeur et vivacité de Ibrah mais quelques choses les interrogeaient et ils n'osaient en parler à Ibrah. Comme tous, Ibrah avait accueilli des orchidées sur son tronc dès sa jeunesse, ça lui avait donné un air encore plus noble et précieux au départ. Pourtant, à ce jour, il en était envahit par ces plantes et ses amis s'inquiétaient de voir Ibrah perdre ses tiges de mois en mois ainsi que sa prestance, ils remarquaient également que Ibrah manquait d'air, perdait de son éclat et au final, il paraissait de plus en plus terne, son bleu pastel avait tendance à virer vers un gris maussade. Ibrah paraissait rabougri et même son odeur avait changé, il sentait le charbon brûlé...


Un soir, lors du conseil de la nature, les membres décidèrent de parler à Ibrah de ce qu'ils avaient constaté et lui dirent. Ibrah fondit en larmes et admit qu'il ne savait plus comment arrêter d'être l'hôte des orchidées, il les voyait vraiment comme des plantes parasites dont ils ne savaient se défaire. Il leur avoua vouloir retrouver sa jeunesse, son bleu éclatant, son odeur acidulée et enivrante mais il n'y arrivait pas. Ses amis lui dirent qu'il pouvait les arracher, les enlever, les éradiquer avec des produits. Ibrah avait déjà essayé, rien n'y faisait, elles repoussaient. Ils décidèrent alors d'écrire une lettre au garde forestier pour avoir son avis.


La réponse arriva la semaine suivante, le garde forestier n'avait pas de concoctions pour tuer les orchidées d'Ibrah, elles étaient propres à lui. Ibrah était le seul à pouvoir résoudre son problème grâce à sa sève.


Ibrah ne comprit pas tout de suite mais les soirs, lorsqu'il dormait, il se remémora cette idée, elle devint sa pensée magique. Il respirait profondément, s'enracinait plus profond dans la terre et commençait sa transformation avec une sève plus nettoyante, purifiante, complémentaire à lui. Il faisait de nombreux rêves où il est libre de tout, il avance dans la vie régénéré, plus fort, oxygéné...


Progressivement, les orchidées s'estompèrent alors Ibrah continua se sentant plus énergique, vigoureux, ferme, majestueux jusqu'à ce qu'elles disparaissent totalement et à partir de ce moment, Ibrah sut que c'était fini, il était guéri, il pourrait respirer librement et surtout reprendre le contrôle de sa vie...


Je vous souhaite une bonne lecture en rien, cette métaphore remplace l'accompagnement d'un thérapeute mais elle peut vous donner un avant goût pour vous libérer de cette "fausse copine"...

16 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout